A Madame Ulrich II

0 96

A Madame Ulrich


Novembre 1688

J’ai reçu, Madame, une de vos lettres, qui est sans date. Elle est si pleine de tendresse à mon égard, et de toutes choses qui me doivent être infiniment agréables, que je voudrais en retenir une que je vous écrivis il y a dix jours, et qui ne vous a été envoyée que de samedi dernier. J’ai vu Mlle Thérèse depuis cela, non pour obéir à vos ordres, mais pour mon plaisir, et très grand plaisir. Elle avait le plus beau teint que fille que j’aie vue de ma vie. Ne vous allez pas imaginer que nous nous laissions mourir de chagrin pendant votre absence. C’est une chose qui se dit toujours, et qui n’arrive jamais. Je suis au désespoir de vous avoir fait les remontrances que je vous ai faites : non cruelles ne soient raisonnables ; mais votre lettre ne permet pas qu’on écoute la raison en façon du monde, et vous renverserez l’esprit de qui vous voudrez, et quand vous voudrez, fût-ce un philosophe du temps passé. Il me semble par la vôtre que vous ne voulez point de réponse, car vous dites que vous ne me marquez point le lieu où vous êtes. Cependant on vous y a envoyé ma lettre, et d’autres encore. On ne se saurait imaginer une plus agréable compagnie que celle que vous avez. Dieu vous la conserve, et ramenez-la au plus tôt, si vous m’en croyez, non que la campagne doive finir tout à l’heure ; mais, comme on dit que le prince d’Orange s’en retourne en Angleterre, nos princes et nos grands seigneurs pourraient bien s’en revenir au plus vite. Je n’oserais m’étendre sur le chapitre qui vous a fait partir, et qui vous pourrait arrêter un peu trop longtemps ; il me paraît par la vôtre que vous ne le souhaitez pas. Je verrai souvent Mademoiselle votre fille, et penserai un peu plus souvent à vous, bien certain que, de votre part, vous n’avez garde de m’oublier.

 

– Le prince d’Orange s’était d’abord rendu en Angleterre, en 1681, pour avoir une entrevue avec le roi Charles II; mais i\ y retourna en 1688 avec des intentions hostiles. Il mit à la voile le 3o octobre; et cette circonstance détermine à-peu-près la date de cette lettre. Voyez Misson, Mémoire d’un voyageur en Angleterre, 1698, in-12, p. 152 ; et Vie de Jacques II, après les Mémoires écrits de sa main.

Walckenaer

Au travers de toute sa vie, La Fontaine, malgré sa nature joyeuse, épicurienne, sans ostentation cependant, a gardé un arrière-fonds de mélancolie… » Paul Nayrac

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.