Toutes les fables de Jean de La Fontaine, poèmes, fables, poésies et lettres, pièces de théatre...

La Fontaine… moralistes ? par Alphonse Leveaux

0 29

La Fontaine… moralistes ? par Alphonse Leveaux


La Fontaine doit-il être placé au premier rang comme moraliste ? C’est peut-être contestable. Il en est digne comme observateur du caractère humain. Mais ce que j’admire surtout dans ses fables, c’est le sentiment poétique, et je serais tenté de considérer La Fontaine comme le premier des poètes français. Sous ce rapport, il a été peu compris par ses contemporains, et dans notre temps même, cette poésie exquise, élevée, souvent sublime, se présentant a notre esprit sous les formes les plus, charmantes et avec un rare bonheur d’expression, n’est pas appréciée, à beaucoup près, au degré qu’elle mérite.
La plupart des poètes ne le sont que sous certains aspects, et souvent même dans des limites plus ou moins étroites. Cette observation s’adresse aux noms les plus marquants. Ainsi, chez Boileau et chez Voltaire, le sentiment poétique a peu d’étendue. La Fontaine, au contraire, a répandu dans ses fables tous les genres de poésie. Et en effet, n’y trouvons-nous pas à profusion la poésie du style, la poésie du cœur, la poésie qui s’inspire du spectacle de la nature, mais par-dessus tout ce sentiment poétique qui nous ravit, qui ne nous laisse jamais froids, et qu’on ne saurait définir, tant il se compose d’idéales perfections et d’indicibles délicatesses ?

(voir ces analyses en bas de quelques fables)
Le but de cette étude est de faire voir exclusivement le poète dans La Fontaine, en laissant à part le penseur, le moraliste, le conteur habile et spirituel. Les citations qu’un tel sujet comporte suffiraient pour faire un livre entier. J’y mettrai peu du mien, et le lecteur n’en sera que mieux traité.
Peut-être qu’en lui présentant, par extraits, ce qu’il y a d’essentiellement poétique dans les fables de La Fontaine, je lui ferai dire qu’il ne croyait pas notre grand fabuliste un si grand poète. C’est là ce que je voudrais, et je m’estimerais heureux d’avoir provoqué cet acte de haute et bonne Justice littéraire.

Alphonse Leveaux (1810-1893)

De la Poésie dans les fables de La Fontaine
Description matérielle : In-18, 70 p.
Édition : Paris : E. Plon , 1873

Laisser un commentaire

Laissez un message, merci. Votre adresse email ne sera pas publiée.